Les inscriptions sont ouvertes ! Vous pouvez donc nous rejoindre avec un personnage de votre création ou en prenant un personnage prédéfini ! N'hésitez pas à faire un tour sur les postes libres !

Partagez|
Darell Harrison ღ S’il y a un prix pour manque de jugement, je crois que j’ai le ticket gagnant. { 70%
avatar

Carnet de détenu
Motif de détention: Gardien
Emplacement du code barre : L'intérieur de la cuisse gauche
Orientation sexuelle: Soumis qui se la joue Dominant
Personnage sur l'avatar : Nathan Seymour - Tiger & Bunny
Age : 34
Doubles Comptes : Maximilien E. Hannover & Jens Loewe
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Mar - 0:05

☍ Pseudo : France
☍ Âge : 25... Le temps passe vite.
☍ D’où tu nous viens ? Iciiii.
☍ Remarque : Love sur vous.
☍ Personnage utilisé sur l'avatar : Nathan Seymour - Tiger & Bunny
☍ Des images à créditer : moimoimoi
☍ Code du règlement : L'autovalidation
Nom Prénom(s)
ft. Nathan Seymour - Tiger & Bunny.
☍ Alias : Pinkie
☍ Âge : 34 ans.
☍ Date de naissance : 21.03.1983
☍ Origines : Americaines & Sud-Africaines
☍ Nationalité : Américaine
☍ Métier avant Alcatraz : Couturier dans un cabaret.
☍ Métier à Alcatraz : Gardien
☍ Emplacement du code barre : L'intérieur de la cuisse gauche.
☍ Orientation sexuelle : 4, Soumis à tendance rebelle, mais toujours un soumis
☍ Groupe : Lapin
Caractère
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte. Il n'a pas fait que survivre cinq siècles, mais s'est aussi adapté à la bureautique informatique, sans que son contenu n'en soit modifié. Il a été popularisé dans les années 1960 grâce à la vente de feuilles Letraset contenant des passages du Lorem Ipsum, et, plus récemment, par son inclusion dans des applications de mise en page de texte, comme Aldus PageMaker
Physique
Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l'imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser un livre spécimen de polices de texte. Il n'a pas fait que survivre cinq siècles, mais s'est aussi adapté à la bureautique informatique, sans que son contenu n'en soit modifié. Il a été popularisé dans les années 1960 grâce à la vente de feuilles Letraset contenant des passages du Lorem Ipsum, et, plus récemment, par son inclusion dans des applications de mise en page de texte, comme Aldus PageMaker
Biographie
Imani Nuru est née à l’aube des années 60 dans une Amérique loin d’être libérée de ses clichés raciaux. Elle aura connu les manifestations pour les droits civils sans s’en souvenir.  Bercée par le jazz dont son père était passionné, Imani plongea toute petite dans la musique et dans la danse. C’est naturellement qu’elle prit des cours de danse, de chant et de théâtre en plus de l’école. Après l’enseignement secondaire, elle abandonna l’idée d’un diplôme universitaire pour se concentrer à sa passion. Son rêve ? Faire un jour le haut des affiches des comédies musicales de Broadway !

C’est en parcourant cette route, qu’à l’âge de 20 ans, elle rencontra Nathaniel Harrison. L’histoire fut difficile entre eux : un homme blanc fréquentant une femme noire ? Les mentalités restaient trop fermées pour l’accepté, même dix années après la fin de la ségrégation. Alors, leur relation demeura tout d’abord secrète. Les parents d’Imani disparurent avant qu’elle ne puisse leur annoncer la nouvelle. Et du côté du jeune marié, il était seul depuis toujours. Il s’en était sorti de famille d’accueil en foyer. Il avait eu beaucoup de chance.

Il était policier, elle était danseuse. La relation ne fut pas de tout repos et ils se cherchèrent pendant une année complète. Je t’aime moi non plus, suis moi je te fuis, fuis moi je te suis. Jusqu’à ce jour d’avril ou, sous les arbres fleuris, il attrapa le visage de la demoiselle pour l’embrasser, cessant de jouer. Il l’aimait. Il aimait tout d’elle : son sourire, ses yeux rieurs, ses manières de diva, ses envies subites, ses blagues douteuses et sa générosité sans borne.
Ils se marièrent l’année suivante, en janvier 1982. Mais ils ne partirent en voyage de noce qu’à la fin de la tournée du spectacle de la jeune femme, fin juillet.

Lorsqu’elle apprit sa grossesse, Imani fut d’abord paniquée. Elle se trouvait trop jeune pour être maman, elle n’était pas sûre qu’il veuille d’un enfant, qu’elle veuille d’un enfant, elle ne savait si elle saurait élever ce petit et si elle pourrait s’en occuper. Elle fut distante pendant plusieurs jours, dissimulant la nouvelle à son compagnon. Pourtant, quand il l’apprend, il est fou de joie. Il fait en sorte de la rassurer, d’essayer de lui faire comprendre qu’ils s’en sortiront à deux, qu’elle ne sera pas seule. La période est difficile mais, le 21 mars 1983, quand elle tient pour la première fois son fils dans ses bras, elle est la plus heureuse des mamans du monde.

Darell n’était pas désiré mais il fut recouvert d’amour. Il était gâté et, malgré les tensions que traverse toute famille, il n’avait pas à se plaindre. Son papa lui apprit à jouer au basket mais, très vite, il fut plus intéressé par les tenues de scène et les chansons de sa mère.

Il n’a que cinq ans que le drame intervint dans sa famille.
Un soir, en rentrant de l’école, une voiture de police est garée devant la petite maison familiale. Il regarde sa maman qui fixe deux hommes plantés devant la porte. Imani leur ouvre et envoie son fils joué dans sa chambre. Curieux de naturel, il revient derrière la porte pour écouter.
Nathaniel est décédé, une balle en pleine tête pendant une intervention. Ils n’ont rien pu faire. Imani fond en larme, Darell ne comprend pas très bien tous les mots mais perçois que c’est grave. Il revient dans le salon pour faire un câlin à sa mère tout en lui disant qu’elle ne devait pas être triste, que ça irait, qu’il était là. Et puis, papa rentrerait bientôt.

Les années passèrent dans la petite maison de Brooklyn. Darell grandissait, élevé seul par une mère qui passait en spectacle dans des cabarets, des comédies musicales, des pièces de théâtre. Il voguait entre les coulisses et cette maison ou il avait toujours vécu. Il avait dix ans lorsqu’Imani rencontra Damian. Il était grand, beau, riche, et il l’aimait. Elle se laissa désirer, ayant peur de trahir son époux. Et finalement, elle se remaria avec cet homme au bout de deux années de relation. Il adopta Darell qui préféra garder le nom de son père, et ils s’envolèrent tous les trois pour San Francisco.

Darell est perdu. Il quitte sa ville, sa maison, perd une partie de lui. Sa mère arrête sa carrière d’actrice pour aider son époux. Il tient une entreprise d’imprimerie dans le quartier de la nuit. L’usine était moins chère faute d’habitation alentours et à cause des nuisances sonores nocturnes.
Très vite, Darell retrouve un cabaret dans lequel il prend plaisir à venir regarder les danseuses chaque soir. Il a treize ans et n’a jamais rien connu d’autre que cet univers de paillettes et de chansons.
Madame Morelle est une parisienne expatriée depuis plusieurs années, elle a travaillé au Moulin Rouge et se donne avec plaisir le rôle de patronne aimante avec ses « filles ». Elle adopte Darell comme faisant parti de la troupe, elle le laisse trainer en coulisse, donner un coup de main aux couturières, aux maquilleuses et mêmes aux danseuses.

Darell avait toujours été fasciné par les spectacles de sa mère et ça n’a pas changé à l’adolescence. Il avait tellement vu de passage scénique qu’il pouvait donner des conseils à Madame Morelle pour certaines danses, il apprit très vite à maquiller les autres mais aussi sa propre personne, apprenant quelles couleurs mettait ses yeux en valeur, quelle teinte utiliser pour sa peau et comment se servir du matériel. En couture, il eut plus de mal à maîtriser le travail mais parvint à faire de jolies choses dans la durée.
Mais, il n’est que squatteur dans cet endroit. Il s’amuse comme un enfant. C’est une deuxième famille pour lui, une grand-mère protectrice et une dizaine de grandes-sœurs.

Il a seize ans lorsque Madame Morelle lui propose de travailler au cabaret après ses cours. C’est un salaire de misère mais ça lui donnera un peu d’argent de poche. Lui n’est pas contre, il est même complètement partant ! Mais, il faut l’accord parental.

Depuis leur arrivée à San Francisco, Imani et Darell se sont éloignés. Elle est devenue une femme d’une autre classe sociale et à changer. Elle est plus colérique, moins tendre. Pourtant, elle l’aime son petit garçon. Quant à Damian, leur relation est purement obligatoire. Il subvient à ses besoins, il est cordial avec lui. Il ne sera jamais un père pou Darell mais, il fait correctement sa part du marché. Darell, quant à lui, est plutôt bon à l’école. Il étudie correctement dans les coulisses du cabaret, demande de l’aide aux filles lorsqu’il ne comprend pas et s’en sort bien. Il n’est pas le premier de sa classe, mais il est loin d’être le dernier. Alors, quand il demande la permission de travailler au cabaret, Imani et Damian n’y voient aucune contrindication. En dehors du fait que Damian aurait préféré le voir travailler à l’imprimerie ou encore dans un garage. Avoir un « métier d’homme ».
Imani aura dû en toucher deux mots à son époux car il ne fera plus jamais ce genre de commentaire par la suite.

C’est dans la couture qu’il démarre sa carrière. Il s’est révélé qu’avec du travail, Darell à des doigts de fée. Il peut coudre une robe en quelques heures de travail et rendre un travail extraordinaire. Un jour, il décide de coudre une tenue pour lui : une robe longue entièrement blanche avec des pièces de tissus roses.  Il a ce déclic lorsque, après des heures de travail, il observe son reflet dans le miroir : il est beau. Bien plus beau qu’avec ces jeans et ces polos informes qu’on le force à porter.
De plus en plus, il retouche les vêtements qu’on lui achète. Il leur donne des formes plus moulantes, plus féminines. Ca n’échappe pas à sa mère qui finit par lui en parler. Il lui explique qu’il se sent mieux ainsi et qu’il veut travailler dans ce milieu de toute façon.
Une guerre froide s’instaure peu à peu dans la maison : Imani ne comprend pas. Elle ne comprend pas comment son fils peut préférer porter des robes. Elle sait que le milieu du music-hall l’a toujours attiré mais, les hommes sont également représentés dans ce milieu. Alors, elle ne lui adresse que peu la parole pendant des semaines. Damian en profite pour semer des commentaires peu élogieux et, finalement, au bout de deux années à supporter ça, Darell déménage. Son salaire au cabaret lui permet de louer un petit appartement pas très loin. Il a rejoint l’université de San Francisco en section économie. Ca ne l’intéresse pas, il ne va que peu en cours, en profitant pour faire des heures supplémentaires en couture.

Ces années loin de sa famille lui permettent de s’affirmer. Il se fiche des « on dit » et des « qu’en dira-t-on ». Il ignore ces hommes qui l’insultent en pleine rue et se forge une carapace de franc-parler et de sarcasme, saupoudré d’un soupçon d’ironie. Darell sait dans quoi il a mis les pieds, il en a longtemps parler avec Madame Morelle avant d’accepter totalement ce qu’il était. Mais, l’encouragement et le soutiens des filles du « Pink Paradise » lui permirent d’assumer complètement ce qu’il aimait porter.
C’est à ce moment que Darell rencontra Mitch.

Mitch fut un client du Pink Paradise. Il vint une première fois, une seconde. Et finalement, toutes les semaines. Darell tomba sous le charme de ces grands yeux bleus, de son visage aux traits durs et de ces boucles blondes. Mitch avait quelques années de plus que lui mais, du haut de ses 22 ans, Darell s’en fichait. Il se laissa séduire, profitant de cette agréable sensation, celle de plaire malgré son maquillage et ses tenues féminines.
Mitch fut la première expérience amoureuse et sexuelle de Darell. Leur relation dura trois années durant lesquelles Darell explora la totalité de son corps et de ses réactions. Ils se séparèrent sur une bête histoire de tromperie : un autre jeune homme plaisait bien plus à Mitch.

Darell avait mûri. Il décida qu’il n’avait pas envie de se poser pour le moment, qu’il voulait batifoler. Alors il côtoya différents types d’établissements, différents types d’hommes. Il avait beau se travestir, il n’était pas une femme, et il ne voulait pas l’être. Il était juste beaucoup plus à l’aise dans ces vêtements qu’il trouvait bien plus beaux que les tenues d’hommes.

Sa vie continua comme ça plusieurs années. Jusqu’à l’année de trop. L’année de ses trente ans.
Il se rendit compte qu’il n’avait rien accomplit lorsque son téléphone sonna pour lui annoncer la mort de Madame Morelle. Elle avait fêté son 71ème anniversaire en fin d’année.

Darell compris qu’il fallait qu’il s’assagisse, qu’il rentre dans le droit chemin. Quoi de mieux pour ça que d’encadrer des détenus dans la magnifique prison d’Alcatraz ? Il aperçut un avis de recrutement à la réouverture de la prison. Il passa un entretien, ne cacha rien de sa personnalité et fut accepté en tant que gardien après une formation aux gestes qui sauvent ainsi qu’à la manière de maîtriser un homme.

Depuis, il est resté dans cette prison, elle représente finalement son « droit chemin ». Et s’il n’a rien perdu de son caractère, il essaie tout de même d’être plus sérieux et de ne pas faire n’importe quoi de sa vie. Et, surtout, il a l’impression d’être utile. A la société et à tous ces gamins qui rentrent dans cette prison pour des motifs idiots et qui se doivent de survivre au contact des vrais criminels.
Darell Harrison ღ S’il y a un prix pour manque de jugement, je crois que j’ai le ticket gagnant. { 70%
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Proposer des personnages
» dalia harrison ø ex-petite amie (cher llyod) - réservée.
» BAL DE FIN D'ANNEE
» Santana A. Harrison
» Isaac Zachary Harrison ► Jon Kortajarena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcatraz, prison fédérale de haute sécurité :: Tatouage obligatoire :: Registres :: En attente-